Mon premier cadavre

etudiants, médecine, paris, dissection, dons, corps, étudeetudiants, médecine, paris, dissection, dons, corps, étudeetudiants, médecine, paris, dissection, dons, corps, étudeetudiants, médecine, paris, dissection, dons, corps, étudeetudiants, médecine, paris, dissection, dons, corps, étudeetudiants, médecine, paris, dissection, dons, corps, étudeetudiants, médecine, paris, dissection, dons, corps, étudeetudiants, médecine, paris, dissection, dons, corps, étudeetudiants, médecine, paris, dissection, dons, corps, étudeetudiants, médecine, paris, dissection, dons, corps, étudeetudiants, médecine, paris, dissection, dons, corps, étudeetudiants, médecine, paris, dissection, dons, corps, étudeetudiants, médecine, paris, dissection, dons, corps, étudeetudiants, médecine, paris, dissection, dons, corps, étudeetudiants, médecine, paris, dissection, dons, corps, étudeetudiants, médecine, paris, dissection, dons, corps, étudeetudiants, médecine, paris, dissection, dons, corps, étudeetudiants, médecine, paris, dissection, dons, corps, étude

"La première étape consiste à soulever la peau." assis dans la grande salle carrelée de jaune, les étudiants écoutent, attentifs. Derrière eux, la lumière des néons éclaire treize corps dissimulés sous de grands draps bleus. Une odeur douceâtre aux relents de produits chimiques plane dans l'air. Inscrits en 2eme année de médecine, ces quarante garçons et filles s'apprênt à pratiquer leur première dissection humaine... (extrait de l'article paru dans le magazine Néon, Aout 2016). Reportage réalisé avec la journaliste Héléne Frouard.